Un état des lieux d'entrée placé sous le sceau de la naïveté

Publié le par Sandrine

A présent, nous le savons, et il ne nous reste que des regrets: un état des lieux d'entrée a une extrême importance et il convient d'être terriblement méticuleux au moment de son établissement. Bon, il faut dire à notre décharge que nous étions relogés suite à une procédure DALO et que quoi qu'il arrive, nous ne pouvions pas refuser le logement car nous aurions alors perdu le bénéfice de tous les efforts entrepris. Il faut bien comprendre que c'est un relogement d'urgence et que donc, nous n'avions pas franchement le droit de faire la fine bouche. Oui, mais nous aurions dû nous imposer davantage! Certes le gardien qui a procédé à l'état des lieux n'était pas malhonnête lorsqu'il se prononçait sur l'état des éléments du logement... Encore que.... Mais nous n'avons pas pensé à mettre des annotations sur les causes de ces divers états... Et cela risque malheureusement de nous poser quelques difficultés pour la suite. Il faut dire que nous avons été pour le moins surpris lorsque nous avons poussé la porte d'entrée. Nous avons été littéralement submergés par une odeur infecte qui nous a donné la nausée. Des émanations d'humidité, des effluves d'urine, et quelques relents de renfermé. Nous étions pour le moins effarés. Mais le gardien, excellent dans son rôle, nous a rassurés, évidemment, le logement était resté longtemps inoccupé, quelques heures d'aération, un bon coup de ménage et le tour serait joué! Ma foi.... Nous n'avions pas d'autre choix! Nous étions d'autant plus tendus que le logement se situe dans le quartier qui jouit de la pire réputation dans la ville. A en croire la rumeur, trafics, violences et incivilités sont quotidiens. Dieu merci, il n'en est rien et nous avons été agréablement surpris par la politesse et la courtoisie des habitants. Ou alors, encore une fois nous avons été très naïfs et ces vilaines gens attendent que nous ayons fermé notre porte pour s'adonner aux pires exactions, ce dont je doute

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article